Présentation du logo de la Vie consacrée

par les religieuses du doyenné

photos de Jean-Claude Moniez

 

DSCN5747 DSCN5747  

Au cours de la messe dominicale de ce dimanche 1er février,

les religieuses du doyenné ont présenté

 

le logo de la Vie Consacrée.

 

Un à un, les symboles ont été expliqués

par Sr Marie Gonzague et Sr André Marie :

Le logo manifeste la variété de la vie consacrée,

conçu par l’artiste italienne Carmela Boccasile.

 

Le  logo représente

une colombe

dessinée avec le mot paix en arabe. Elle symbolise l’œuvre de l’Esprit, source de vie et de créativité et la consécration de l’humanité du Christ dans le baptême.

Le globe polyédrique

représente le monde, avec sa variété de peuples de cultures, soutenu et conduit vers l’avenir par le souffle de l’Esprit et invite les consacrés à devenir témoins de l’espérance, capables de fécondité.

Les eaux

constituent une mosaïque, signifiant  la complexité et l’harmonie des éléments humains et cosmiques. Portant l’Eglise à embrasser et à guérir toute l’humanité dans le Christ.

 

Tandis que

les trois étoiles

rappellent  l’identité de la vie consacrée comme témoignage de la vie trinitaire, signe de fraternité et service de la charité, mais aussi le triple sceau par lequel l’iconographie byzantine honore Marie, modèle de la vie consacrée.

 

"L’ensemble manifeste  

 l'œuvre constante de l’Esprit Saint

qui déploie au cours des siècles les richesses de la pratique des conseils évangéliques grâce aux multiples charismes et qui rend ainsi perpétuellement présent le mystère du Christ dans l’Eglise et dans le monde, le temps et l’espace » (Vita consecrata, 5)

 

La phrase qui sous-tend le logo est : la vie consacrée dans le monde d’aujourd’hui. Par L’Evangile, règle suprême de la vie consacrée. Par son caractère prophétique qui naît de la Parole et annonce des nouvelles visites de DIEU. La vie consacrée porte en elle une tension eschatologique permanente : elle témoigne dans l’histoire que chaque espérance aura un accueil définitif, elle change l’attente en mission. Le signe de l’espérance se fait miséricorde et proximité ici et maintenant.

Les personnes de vie consacrée embrassent donc l’univers et deviennent mémoire de l’amour trinitaire, médiatrices de communion et d’unité, des sentinelles de prière.

 

 

Article publié par Doyenné de Cambrai • Publié le Mardi 03 février 2015 • 2065 visites

keyboard_arrow_up