Retour sur la conférence :"Henri de Lubac"

par le père Gabriel Planchez

DSC04532 DSC04532  

C’est un jeune prêtre du diocèse voisin, celui d’Arras, le Père Gabriel PLANCHEZ qui est venu dimanche soir 6 octobre 2019 partager ses découvertes et convictions sur l’œuvre théologique du Cardinal Henri de Lubac honoré dans sa ville native de Cambrai, siège de notre Eglise diocésaine.

Dès le début de sa formation au sacerdoce, le Père Gabriel a trouvé dans les écrits du Cardinal des mots qui exprimaient ce qu’il percevait en profondeur et des réponses à ses questionnements existentiels.  Au terme d’une lecture suivie et d’un travail de plusieurs années, il va prochainement soutenir une thèse de doctorat en théologie sur cette œuvre.

Pendant quarante minutes, avec beaucoup de passion le Père Gabriel a montré comment la théologie du Cardinal était un précieux atout pour relever les défis que doit affronter l’Eglise de ce XXIème siècle.

Il s’est attaché à expliquer ce qui a caractérisé sa méthode théologique particulière, originale et singulière fondée sur l’unité de la révélation et qu’il nomme : le fait du Christ, défini comme l’évènement historique de la naissance, de la mort et la résurrection. La théologie devient  l’acte de tout regarder, toute notre existence, à la lumière de cette nouveauté du Christ qui seul est capable de changer le monde.

Partant de ce fait du Christ le Cardinal de Lubac a développé plusieurs notions fondamentales qui sont des exigences pour la théologie. Notre intervenant a choisi d’en expliciter trois :

  • La mystique qui est une conséquence de la centralité du fait du Christ
    • Origine et fin de notre foi. La théologie chrétienne doit être une théologie convertie et donc mystique.
  • La forme et l’expression dans lesquelles le fait fu Christ nous apparait et dans lesquelles nous pouvons en parler, c’est ce qu’il nomme le paradoxe : exemple parler du Christ à la fois homme et Dieu.
    • Le paradoxe est le pour, alimenté par le contre, le contre allant jusqu’à s’identifier au pour, chacun des deux passant dans l’autre sans s’y laisser abolir et continuant à s’opposer à l’autre mais pour lui donner vigueur.
  • La manière dont nous est transmis ce fait du Christ : c’est la Tradition
    • Henri de Lubac déploie une compréhension de la tradition comme garante de l’unité doctrinale théologique.
    • La tradition est le trésor souvent insoupçonné à faire fructifier en le vivant. La tradition c’est comme un fleuve, le courant c’est l’Ecriture Sainte, les berges sont les dogmes.

 Et le Père Planchez de conclure en substance :

N’hésitons pas à faire du Cardinal Henri de Lubac un compagnon de route pour approfondir et vivre notre relation au Christ en ce XXIème siècle. Sa théologie n’apportera pas de réponse tout faite aux défis auxquels nous sommes confrontés, mais elle propose un cadre pour les réponses que nous avons à apporter avec et par la grâce du Seigneur, qui soient des réponses de disciples de Jésus Christ qui connaissent et expérimentent la joie d’être sauvés. (Cf Ps 50)

                                                                                                             Sœur Marie Yves

 

Article publié par Doyenné cambrai • Publié le Vendredi 18 octobre 2019 • 126 visites

keyboard_arrow_up