La méditation du vendredi 4 décembre

proposée par Christiane De Groote, membre d'une équipe ACI "Evangile et Société" et de l'équipe de rédaction du journal Caméra

20170715-_MG_0078-Edit 20170715-_MG_0078-Edit  

Avent-çer pas à pas vers Noël…

En ce temps-là, Jésus était en route ; deux aveugles le suivirent, en criant : "Prends pitié de nous, fils de David !"  Quand il fut entré dans la maison, les aveugles s’approchèrent de lui, et Jésus leur dit : "Croyez-vous que je peux faire cela ? Ils lui répondirent : "Oui, Seigneur". Alors, il leur toucha les yeux, en disant : "Que tout se passe pour vous selon votre foi ! "                 Mt 9, 28-29

Jésus est en route…

Durant ce temps de l’Avent, c’est ce que nous méditons : Jésus en route pour visiter chacun d’entre nous.

Sur ce chemin, nous sommes aussi bien souvent les aveugles. Empêchés de le voir à l’œuvre dans nos vies, de comprendre le sens des événements de nos existences :

- la joie de l’annonce de la décision d’un petit-fils de suivre un parcours de Confirmation

- en s’encombrant l’esprit de ce qui n’est pas important (faire passer la prière en second plan)

La foi qu’il demande alors aux deux aveugles est ce regard nouveau sur notre vie ; elle est un don de Dieu déjà présent en nos cœurs et que le Seigneur souhaite ranimer en nous.

On est étonné de constater que Jésus, lorsqu’il accomplit un miracle, prend souvent soin de le replacer dans la foi de ceux qui le lui demandent. « Croyez-vous que je peux faire cela ? »

Le temps de l’Avent peut devenir ce temps où nous embrassons du regard toute notre vie, en contemplant les aspects brillants, sans nous détourner des zones d’ombres.  

Croyons-nous en effet qu’Il peut faire cela ? Nous pouvons peut-être aussi faire cette même demande : « Prends pitié de nous, Fils de David ». Le laisserons-nous toucher nos yeux ?
Jésus veut nous rendre la vue, pour peu que nous le lui demandions.

C’est la prière que nous pouvons lui adresser : que notre confiance en Lui nous fasse regarder notre existence comme un vrai chemin vers Dieu.

Demeurer dans la confiance

Comme Thérèse de Lisieux, demandons la grâce, rien que pour aujourd’hui 

« Ce qui plait [au Bon Dieu] dans ma petite âme, c’est de me voir aimer ma petitesse et ma pauvreté, c’est l’espérance aveugle que j’ai en sa miséricorde Voilà mon seul trésor. »

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Ci-dessous, la vidéo de "Aimer, c'est tout donner" que NATASHA ST-PIER a chanté en mai 2019 dans la cathédrale Notre-Dame de Grâce de Cambrai

Aimer c’est tout donner                      

Voici le plus grand amour : c’est de donner sa vie

Pour tous ceux que l’on aime et ceux que l’on bénit

Nous ne sommes faits que pour aimer

 

Aimer c’est tout donner

Aimer c’est tout donner

Aimer c’est tout donner et se donner soi-même

Et redire à jamais de toute éternité

Aimer c’est tout donner et se donner soi-même

 

Sans amour à quoi bon vivre, et à quoi bon chanter

Sans amour à quoi bon rire, et à quoi bon rêver

Nous ne sommes faits que pour aimer

 

Oui nous ne sommes faits que pour aimer

C’est notre vie, c’est notre destinée

A quoi bon vivre et à quoi bon rêver

Si l’amour venait à manquer.                                    

(Texte : Thérèse de Lisieux, Thomas Pouzin)

 

                                      

Article publié par Doyenné cambrai • Publié le Vendredi 04 décembre 2020 • 599 visites

keyboard_arrow_up