La méditation du mercredi 24 mars

Proposée par Emile Mairesse, visiteur chez les personnes âgées seules et bénévole d’accompagnement de malades en fin de vie.

Le texte de la méditation est téléchargeable en bas de page

TROUVER DANS MA VIE TA PRESENCE

Emile Mairesse Emile Mairesse  

Deux sources de méditation :

  • Le chant ‘ Trouver dans ma vie ta présence ‘
  • Les enseignements tirés des sermons de Maître ECKART moine prêcheur dominicain du XIII siècle ;

CHOISIR AVEC TOI LA CONFIANCE !!

Apprenons à laisser DIEU être grand en nous, laissons sa grandeur pulvériser les petitesses de nos vies.

La confiance en Dieu est indispensable pour accéder à une prière profonde et à une vie dominée par la charité. Cette vie divine est hors de notre portée humaine, seule la grâce de notre Seigneur peut nous l’accorder.

Confiance malgré le péché.

Le péché nous fait douter de notre confiance en Dieu. Nous nous enfermons dans la culpabilité par le poids de nos fautes et dans une forme de repentir temporel et stérile (non motivé par l’amour de Dieu)

Dans un repentir sincère, Dieu est toujours prêt à nous pardonner. Il élimine le mal en pardonnant (parabole de l’enfant prodigue).

Dans la nuit pascale l’Église chante « Felix culpa » bienheureuse faute qui nous a valu un tel rédempteur !!

Dieu ne regarde pas ce que nous fûmes, il n’est touché que par ce que nous sommes.

Confiance malgré notre faiblesse.

Notre médiocrité ne nous éloigne pas de Dieu. C’est un grand dommage pour l’homme que de croire que Dieu est loin de lui.

Il est toujours près de nous, ce Dieu qui tousse derrière la porte, quelques soient nos faiblesses et nos imperfections.

Dieu oublie tous ses devoirs de Dieu dans la folie d’amour qui le fait rechercher l’homme.

TENIR UNE LAMPE ALLUMÉE, PARTIR VERS CELUI QUI ATTEND !!

Pour moi, cette phrase signifie être prêt quand le seigneur m’appellera auprès de lui.

La mort n’est jamais belle, la séparation d’avec ceux que nous aimons, est une déchirure.

La mort fait partie de la vie. Une maman qui avait perdu deux enfants à l’âge de 4 ans a eu cette phrase « J’ai compris qu’en donnant la vie à mes enfants, je leur avais aussi donné la mort »

L’inconnu de l’au-delà engendre des peurs et d’autres sentiments comme le déni, la colère, la révolte, et la résignation. Certains malades aboutissent à l’acceptation de leur futur proche. Les partages, dans ce cas, sont souvent d’une grande richesse.

Notre Seigneur Jésus, a pris toute notre condition humaine. Lorsqu’ il était à Gethsémani, sachant la passion et la fin de vie qu’il allait endurer, il a interpellé son père du ciel :

(Marc XIV/ 36) ‘ Père, à toi, tout est possible, écarte de moi cette coupe’

Dans un court laps de temps, il a ajouté :

(Luc XXII/41) "Pourtant que ce ne soit pas ma volonté, mais la tienne qui se réalise"

 Demandons à Dieu, avec le soutien de la grâce, de nous aider à « apprivoiser » progressivement notre finitude et à être capables de lui dire, le plus souvent possible, « que ta volonté soit faite et non la mienne »

Nous savons que Pâques c’est le triomphe de l’amour sur la haine et la victoire de la vie sur la mort. Forts de notre foi, ayons au matin de Pâques des figures de ressuscités.

Article publié par Doyenné cambrai • Publié le Mercredi 24 mars 2021 - 00h30 • 595 visites

keyboard_arrow_up