La méditation du lundi 28 décembre

proposée par Jacques Défossez, diacre.

Une pensée pour Jacques qui est hospitalisé

au moment où sa méditation est mise en ligne.

<<<<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>

Jacques Defossez Jacques Defossez  

Le silence,

murmure et chemin de l’âme !

« Le silence est capable de creuser un espace intérieur au plus profond de nous-mêmes, pour y faire habiter Dieu, pour que sa Parole demeure en nous, pour que l’amour pour lui s’enracine dans notre esprit et notre cœur, et anime notre vie »

Le silence est souvent le « lieu » où Dieu nous attend, pour que nous soyons capables de l’écouter, lui, plutôt que d’entendre le bruit de notre propre voix.

Dieu demeure parfois en silence, apparemment inactif et indifférent à notre sort, parce qu’il veut se frayer un chemin dans notre âme…

Parfois il ne s’agit pas de la surdité humaine à l’égard de Dieu ; on dirait plutôt que Dieu n’écoute pas, qu’il demeure sourd à notre prière ?! Pourquoi Dieu n’écoute-t-il pas ? Pourquoi, s’il est un Père, ne me vient-il pas en aide, alors qu’il pourrait le faire ?

Dieu ne peut pas changer les choses sans notre conversion, et notre véritable conversion commence avec le « cri de l’âme, qui implore le pardon et le salut »

Par ses silences, Dieu fait grandir chez les siens la foi et l’espérance « il fait toutes choses nouvelles ». Il revient donc à chacun et à chacune de répondre au doux silence de Dieu par un silence attentif, un silence qui écoute, afin de découvrir « la façon mystérieuse dont le Seigneur agit » dans notre cœur !

Dieu ne se tait donc pas. C’est plutôt nous qui l’empêchons de parler ou qui ne l’écoutons pas, parce qu’il y a trop de bruit dans notre vie. La foi est cette force, qui en silence et sans bruit change le monde et le transforme en Royaume de Dieu… et l’expression de la Foi : « c’est la prière ! ».                                          

Silence

Prends moi, Seigneur, dans la richesse de ton silence…

Plénitude capable de tout combler en mon âme.

Fais taire en moi ce qui n’est pas toi, ce qui n’est pas ta présence toute pure, toute solidaire, toute paisible ;

Impose silence à mes désirs, à mes caprices, à mes rêves d’évasion,

à la violence de mes passions…

Couvre par ton silence la voix de mes revendications, de mes plaintes…

Imprègne de ton silence ma nature trop impatiente de parler, trop portée à l’action extérieure et bruyante.

Impose même silence à ma prière, pour qu’elle ne soit qu’élan vers Toi.

Fais descendre ton silence jusqu’au fond de mon être…

Et fais monter ce silence vers Toi en hommage d’amour.

                                                               St Jean de la Croix

 

Article publié par Doyenné cambrai • Publié le Lundi 28 décembre 2020 - 00h30 • 564 visites

keyboard_arrow_up