La méditation du mercredi 9 décembre

proposée par le père Dominique Dewailly

Aujourd’hui Jésus  nous dit : « Venez à moi, vous tous qui peinez,   Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples….  Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. » (Mt 11, 28-30)

Même sans être d’un milieu rural,  nous apercevons le joug sur la tête d’une paire de bœufs, pour un travail de force, plus ou moins pénible.  Nous avons aussi  l’image plus cruelle  de prisonniers passant sous une pique attaché à deux poteaux, devant le vainqueur. C’est le joug de celui qui triomphe : la servitude, l’esclavage pour les vaincus.

Le joug de Jésus c’est tout l’opposé : léger, facile à porter, libérant, festif même.  Jésus nous accompagne  dans les  épreuves lourdes, les relations emmêlées, les douleurs insupportables.  Il est le regard qui encourage, l’épaule où l’on trouve un appui, la main qui desserre les nœuds,  le compagnon de tous les instants.

Il est bon de me dire aussi qu’il compte sur moi. J’aime cette prière de Madeleine Delbrel que chacun peut murmurer au lever : « Un nouveau jour commence,  en moi Jésus veut le vivre encore.  A ceux qui me parleront, Il aura quelque chose à dire ».

L’image du joug confirme qu’on n’est jamais seul.  Avec les disciples de Jésus  je ne cède pas sous le poids des fardeaux.  Avec lui, ensemble nous trouvons repos et sérénité.  C’est donc par nos voix, avec tous ceux qui nous parleront aujourd’hui,  qu’il dira ce qui libère, ce qui entretient l’espérance, la fraternité,  la paix. 

Chaque jour que ce soit notre message, celui de Jésus.: « Venez à moi,  vous trouverez le repos… » .

Article publié par Doyenné cambrai • Publié le Mercredi 09 décembre 2020 - 00h30 • 549 visites

keyboard_arrow_up