La méditation du lundi 14 décembre

proposée par le père Louis Francelle

Bonjour à toutes et tous !

Nous voilà à dix jours de Noël ; dans l’espoir de nous retrouver en famille pour la fête, du moins si ce satané Covid ne vient pas de nouveau se mettre en travers de notre chemin… Sûr, ce ne sera pas un Noël comme d’habitude : Il faudra appliquer les gestes barrière, la distanciation sociale, les jauges, suivre les dernières consignes… et dix jours avant on est encore dans le brouillard !

Dix jours avant !... Dix jours avant la naissance de Jésus, Joseph et Marie que faisaient-ils ? Ils étaient peut-être déjà en route pour Bethléem : 130 km à pieds, ce n’est pas rien.

Ah oui ! Peut-être que parmi vous, certains se demandent pourquoi Joseph et Marie devaient quitter Nazareth, leur village, pour Bethléem, près de Jérusalem. L’Empereur Auguste, de son lointain palais de Rome, avait décidé un recensement ; et l’administration de l’Empire avait décrété que chacun devait se faire inscrire dans son lieu d’origine. Or Joseph était de Bethléem, la ville du roi David, son ancêtre très lointain. Quand il apprit la nouvelle, Joseph a dû rouspéter : « Ce n’est pas possible : Marie, je ne vais pas partir là-bas et te laisser tout seule ici ! » « Je peux partir avec toi, Joseph. » « Mais la naissance est pour bientôt ! Tu n’es pas en état de faire cette longue route. » Et Joseph partit faire un tour pour se calmer.

Deux heures plus tard, à son retour, Marie lui dit : « J’ai réfléchi, Joseph : J’ai repensé à ce que m’a dit l’Ange Gabriel quand il m’a annoncé la naissance de Jésus : ‘Le Seigneur Dieu lui donnera le Trône de David son Père’. (Luc 1/32)  Ce serait bien s’il venait au monde à Bethléem, comme David. Ce serait le projet  de Dieu qui se réalise ! » Et Marie continua avec son beau sourire : « Tu le sais, ma cousine Elisabeth habite la banlieue de Jérusalem, ce n’est pas très loin  de Bethléem, elle pourrait sans doute nous accueillir ; je crois même que ça lui ferait plaisir de nous rendre le coup de mains que je lui ai donné à la naissance de Jean, son fils. » (Luc 1/56)

« Et moi, dit Joseph, j’ai été voir Simon : Il est d’accord pour nous prêter son âne pour le voyage. Ce sera plus confortable pour toi et le Bébé ! » « C’est bien toi le meilleur, mon bon Joseph. » « Je crois que Gabriel t’a dit aussi : ‘Rien n’est impossible à Dieu’. » (Luc 1/37)

Voilà ma méditation : vivre, avec Marie et Joseph, ce temps de l’Avent. Il est si particulier cette année, si dur pour beaucoup, si interpelant aussi. Depuis que Joseph, à la recommandation de l’Ange, ‘a pris chez lui Marie, enceinte de l’Esprit Saint’, (Mt 1/20-24) leur vie quotidienne est orientée par l’attente de cet enfant qui leur est confié : Préparer et accueillir sa naissance, accompagner le développement de sa vie. L‘annonce du recensement les bouscule mais ils ne perdent pas de vue leur mission, ils s’ajustent à la volonté de Dieu en s’adaptant à l’évènement.

  • Marie et Joseph, merci : vous nous rappelez que chaque Noël c’est toujours Jésus « qui se fait chair et qui vient habiter parmi nous » (Jo 1/14) quelles que soient les circonstances.
  • Marie, donne-nous ton regard, ton sourire ; ils nous  réconfortent.
  • Joseph, apprends-nous le partage, les services rendus, les paroles et les gestes concrets qui construisent la fraternité.

Il est proche l’Emmanuel ! Joyeux Noël à tous !

Article publié par Doyenné cambrai • Publié le Lundi 14 décembre 2020 • 625 visites

keyboard_arrow_up