La méditation du samedi 28 mars

par Maxence Leblond

L’inattendu de Dieu

« Cherche bien, et tu verras que jamais aucun prophète ne surgit de Galilée ». Telle est la réponse des Pharisiens à Nicodème, qui voulait faire preuve de justice envers Jésus. La Parole de Dieu surgit là où personne ne l’attend. Les pharisiens sont déroutés par Jésus, ils ne reconnaissent pas le Messie tant attendu, car il ne correspond pas à l’image qu’ils s’en étaient forgés.

Cela vient nous questionner. Quelle image avons-nous de Dieu ? Celle d’un Dieu vengeur ? Celle d’un Dieu plein de courroux ? Ou celle d’un père plein d’Amour et de Miséricorde pour ses enfants que nous sommes ?

Sommes-nous capables de voir le visage du Christ à travers celui de notre prochain, aussi différent de nous soit-il ? Dans le plus faible, le plus pauvre, le plus malade, le plus isolé, le plus malheureux, le Christ est présent. Regardons-le, là, tout petit, vulnérable, comme le petit enfant de la crèche. Il se donne à voir dans l’humilité, la simplicité. Oui, cette humilité de Dieu nous révèle la toute-puissance de son Amour. Une seule chose est nécessaire, se laisser toucher par l’inattendu de l’Amour divin, l’accueillir et en vivre. Oui, Dieu n’est pas toujours là où nous le pensons mais, pour celui qui regarde avec les yeux du cœur, il est toujours présent.

Article publié par Doyenné cambrai • Publié le Vendredi 27 mars 2020 • 391 visites

keyboard_arrow_up