La méditation du mercredi 30 décembre

proposée par Blandine et Cyril Pagniez.

Cyril et Blandine Pagniez sont parents de cinq enfants et Pèlerins de l’Evangile de la Vie ( fraternité de laïcs rattachée à la congrégation des Petites Sœurs des Maternités Catholiques) depuis 26 ans. Cyril fait partie de la garde Notre Dame et Blandine de l’équipe de préparation au baptême du doyenné.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *   

C & B Pagniez C & B Pagniez  

« Laissons aux personnes âgées la place qui leur est due »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc  2,36-40

En ce temps -là, quand les parents de Jésus vinrent le présenter au Temple, il y avait aussi une femme prophète, Anne , fille de Phanuel , de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de 84 ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur , ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.

L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui .

L’évangile du jour nous présente Anne « très avancée en âge ».

Les personnes âgées ont été particulièrement éprouvées cette année avec la pandémie Covid. Et particulièrement celles qui se sont trouvées « séquestrées » dans des Ehpad les privant de tous les liens familiaux et celles qui sont décédées sans un accompagnement digne de ce nom .

Le pape François dans son exhortation apostolique «Amoris Laetitia» nous a rappelé la place que nous devons laisser à nos anciens :

«Les Personnes âgées

191. « Ne me rejette pas au temps de ma vieillesse, quand décline ma vigueur, ne m’abandonne pas » (Ps 71, 9). C’est le cri de la personne âgée, qui craint l’oubli et le mépris. Ainsi, tout comme Dieu nous invite à être ses instruments pour écouter la supplication des pauvres, de la même manière, il s’attend à ce que nous écoutions le cri des personnes âgées. Cela interpelle les familles et les communautés, car « l’Église ne peut pas et ne veut pas se conformer à une mentalité d’intolérance, et encore moins d’indifférence et de mépris à l’égard de la vieillesse. Nous devons réveiller le sentiment collectif de gratitude, d’appréciation, d’hospitalité, qui ait pour effet que la personne âgée se sente une partie vivante de sa communauté. Les personnes âgées sont des hommes et des femmes, des pères et des mères qui sont passés avant nous sur notre même route, dans notre même maison, dans notre bataille quotidienne pour une vie digne ». Par conséquent, « comme je voudrais une Église qui défie la culture du rebut par la joie débordante d’une nouvelle étreinte entre les jeunes et les personnes âgées ! ».

192. Saint Jean-Paul II nous a invités à prêter attention à la place de la personne âgée dans la famille, car il y a des cultures qui « à la suite d’un développement industriel et urbain désordonné, ont conduit et continuent à conduire les personnes âgées à des formes inacceptables de marginalité .Les personnes âgées aident à percevoir « la continuité des générations », avec « le charisme de servir de pont . Bien  des fois, ce sont les grands-parents qui assurent la transmission des grandes valeurs à leurs petits-enfants, et «beaucoup peuvent constater que c’est précisément à leurs grands-parents qu’ils doivent leur initiation à la vie chrétienne».Leurs paroles, leurs caresses ou leur seule présence aident les enfants à reconnaître que l’histoire ne commence pas avec eux, qu’ils sont les héritiers d’un long chemin et qu’il est nécessaire de respecter l’arrière-plan qui nous précède. Ceux qui rompent les liens avec l’histoire auront des difficultés à construire des relations stables et à reconnaître qu’ils ne sont pas les maîtres de la réalité. Donc, «l’attention à l’égard des personnes âgées fait la différence d’une civilisation. Porte-t-on de l’attention aux personnes âgées dans une civilisation ? Y a-t-il de la place pour la personne âgée ? Cette civilisation ira de l’avant si elle sait respecter la sagesse […] des personnes âgées».

193. L’absence de mémoire historique est un sérieux défaut de notre société. Il s’agit de la mentalité immature du ‘‘c’est du passé’’. Connaître et pouvoir prendre position face aux événements passés est l’unique possibilité de construire un avenir qui ait un sens. On ne peut éduquer sans mémoire. « Rappelez-vous ces premiers jours » (Hb 10, 32). Les récits des personnes âgées font beaucoup de bien aux enfants et aux jeunes, car ils les relient à l’histoire vécue aussi bien de la famille que du quartier et du pays. Une famille qui ne respecte pas et ne s’occupe pas des grands-parents, qui sont sa mémoire vivante, est une famille désintégrée ; mais une famille qui se souvient est une famille qui a de l’avenir. Par conséquent, «une civilisation où il n’y a pas de place pour les personnes âgées, ou qui les met au rebut parce qu’elles créent des problèmes, est une société qui porte en elle le virus de la mort», car elle « arrache ses propres racines ».Le phénomène des orphelins contemporains, en termes de discontinuité, de déracinement et d’effondrement des certitudes qui donnent forme à la vie, nous place devant le défi de faire de nos familles un lieu où les enfants peuvent s’enraciner dans le sol d’une histoire collective.»

Article publié par Doyenné cambrai • Publié le Mercredi 30 décembre 2020 • 613 visites

keyboard_arrow_up