La méditation du samedi 9 mai

proposée par le père V. Deblock

La Trinité (Jn 14, 7-14)

trinite Semitecolo001 trinite Semitecolo001  

« Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père » Bien que Jésus ait souvent parlé à ses disciples du lien qui l’unit au Père, ces paroles prononcées alors qu’Il entre dans sa Passion ont dû leur sembler bien énigmatiques. Jésus atteste qu’Il n’a pas vécu, parlé et agi pour lui, mais pour Celui qui l’a envoyé. En annonçant sa mort comme un « départ vers le Père » (cf Jn 14, 12), Jésus donne sens à la croix toute proche.

Sur ce petit panneau, Semitecomo essaie d’exprimer ce lien unique entre Jésus et son Père. Sa plus belle réussite est la correspondance des mains du Père avec celles du Fils, signes émouvants d’une volonté commune. En donnant au Père la même position que celle du Fils, Il lui attribue la place de la croix. L’œuvre n’insiste pas sur la crucifixion comme supplice, mais comme révélation finale du chemin de Jésus vers le Père.

Au XIVe siècle, la spiritualité italienne est peu marquée par la mystique du  sentiment qui se développe peu à peu dans les pays nordiques. L’œuvre, frontale, d’une froide solennité,  ne cherche pas à nous émouvoir par la vision du corps supplicié du Christ. Celui-ci est beau, lisse, à peine marqué par les blessures des clous et de la lance. Le visage n’est pas marqué par la souffrance, et une riche auréole l’entoure, écho de celle du Père. La nudité du Christ souligne la majesté simple des vêtements du Père. Son sobre manteau, d’un bleu somptueux, l’enveloppe comme un ciel divin. Sans cesse, notre regard est invité à aller de l’un à l’autre.

C’est une image théologique qui nous est proposée, affirmant l’égale majesté divine du Père et du Fils. La colombe de l’Esprit-Saint,  peinte avec discrétion, est presque effacée par l’usure des siècles. Placée à la hauteur de la bouche du Père, elle exprime  que le Christ est la parole divine incarnée.  Descendant sur Jésus comme au jour de son Baptême, elle porte au monde le message du Père : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé » (Mt 3, 17).

« Afin que le Père soit glorifié dans le Christ »

Nicoletto Semitecolo (actif de 1353 à 1370) c. 1370,  tempera sur panneau, 30 x 40 cm. Cathédrale de Padoue

 

Article publié par Doyenné cambrai • Publié le Samedi 09 mai 2020 • 96 visites

keyboard_arrow_up