La méditation du mercredi 13 mai

proposée par le père V. Deblock

La vendange mystique (Jn 15, 1-8)

vendange mystique M.Denis (1) vendange mystique M.Denis (1)  

« Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments, Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit. »

Le soleil baigne toute l’œuvre, éclaboussée de touches allant du jaune vif au rouge. Mais est-ce un soleil, ou l’auréole du Christ, ou encore les deux à la fois ? Le crucifié est lui-même le soleil qui fait mûrir la vigne. Son corps continue le chemin qui traverse la Vigne. Les sarments s’entourent autour de son corps, partant de son côté percé duquel le sang s’écoule, à moins qu’il ne s’agisse d’une grappe généreuse. Mais la signification est la même : l’offrande de Jésus sur la croix, sa vie entièrement donnée est l’unique source de  vie pour ses disciples. Son propre don précède tout don.

Maurice Denis joue avec les motifs à double interprétation, nous emmenant au cœur de la comparaison établie par Jésus. Il la complète par une citation du Cantique des Cantiques, qu’il avait soulignée dans sa propre Bible : « Mon Bien-aimé est une grappe de Cypre dans les vignes d’Engaddi » (Ct 1, 14) Oasis luxuriante au cœur du désert, Engaddi est toujours un paradis de fraîcheur à la végétation généreuse. Quant au cypre, arbuste très odorant, il y servait souvent de tuteur pour les vignes auxquelles il donnait un goût et un parfum rare. Par ce rappel du Cantique des Cantiques, l’artiste déploie le sens de la comparaison : si nous restons unis au Christ, nous porterons beaucoup de fruit, et un fruit délicieux et parfumé pour le monde.

A la vigne, des femmes vêtues comme des religieuses s’activent. Dans l’art de Maurice Denis, la figure féminine est souvent associée à l’âme chrétienne. Occupant tout l’espace, elles expriment combien la récolte est généreuse. Leurs hottes ou leurs paniers se sont transformées en calices sous le pinceau du peintre, unissant encore le fruit de la mission au Christ versant son sang sur la croix.

La croix de mort devient une vigne joyeuse, généreuse, parfumée. Mais c’est à  nous d’en recueillir les grappes. Plus que jamais, le Christ a besoin de nos bras pour récolter et partager le fruit de son amour. Encore faut-il le voir, scruter le monde à la recherche des signes du Royaume. Une femme, les mains croisées tandis que ses sœurs travaillent, nous le rappelle. Elle incline son visage vers le calice, en réponse au visage du Christ incliné vers la terre où sa vie donnée continue de porter beaucoup de fruit

Maurice Denis (1870-1943), c. 1890. Huile sur toile, 74 x 51 cm. Pays-Bas, fondation Triton

Article publié par Doyenné cambrai • Publié le Jeudi 14 mai 2020 • 204 visites

keyboard_arrow_up